mardi 28 février 2017

Dordogne : le vol culotté d’une remorque de charcutier

Floquée au nom et à l’adresse de son propriétaire, elle ne passe pas inaperçue. Peut-être que vous la croiserez…
« Ça fait deux jours que je ne dors pas », se lamente Jean-Jacques Servolle. Cet artisan charcutier, installé à Saint-Chamassy en Dordogne, s’est fait voler la remorque avec laquelle il faisait les marchés du département.
Ce n’est pas n’importe quelle remorque : il s’agit d’un véhicule attelé qu’il s’est fait fabriquer sur mesure il y a à peine quatre ans.
« Il m’a coûté 50 000 euros et était flambant neuf, confie-t-il. Je l’entretenais bien. Ça me dégoûte, on se décarcasse au boulot et voilà ce qui arrive. »
Il fallait être sacrément culotté pour dérober la remorque de Jean-Jacques Servolle. Certes, le vol s’est déroulé à une heure tardive, dans la nuit de vendredi à samedi. Mais l’engin, qui était garé à proximité de l’atelier et du magasin, n’est pas de ceux qui passent inaperçus.

En lettres géantes

Le nom de l’artisan charcutier conserveur, son adresse, son téléphone, y sont inscrits sur toute la surface, en lettres géantes et rouges.
La réputation de cet artisan, installé à son compte depuis 1989, dépasse de très loin les murs de sa boutique en raison de son savoir-faire et des ventes qu’il effectue sur les marchés de Sarlat, du Bugue et Le Buisson.
Devra-t-il renoncer à cette activité ? Heureusement pas. « Un collègue m’a passé une remorque pour me dépanner. Pour la suite, j’ai une solution provisoire en attendant que l’assurance me dédommage. »

Espoir

Mais Jean-Jacques Servolle s’accroche d’abord à l’espoir qu’on lui retrouvera sa remorque. Les gendarmes du Bugue mènent l’enquête. Toute personne susceptible de les aider est invitée à composer le 17.

http://www.sudouest.fr/2017/02/28/dordogne-le-vol-culotte-d-une-remorque-de-charcutier-3235805-2035.php

jeudi 23 février 2017

Côte-d'Or : l'autoroute A6 fermée après un grave accident à Chailly-sur-Armançon

L'accident entre un poids lourd et une voiture a eu lieu peu avant 9 heures ce jeudi. L'automobile, immatriculée en Gironde, s'est encastrée dans un poids lourd de 19 tonnes sur l'autoroute A6 dans le sens Lyon-Paris. L'accident a eu lieu à hauteur de la commune de Chailly-en-Armançon, au point kilométrique 260 de l'A6.
Six personnes étaient présentes dans la voiture. Le conducteur a été grièvement blessé. Une femme passagère a, elle, été touchée plus légèrement. L'état de santé d'une autre passagère n'était pas encore connu avec précision. Les trois enfants également présents à bord sont indemnes.

Le conducteur du poids lourd est indemne. Une vingtaine de pompiers a été mobilisée sur l'intervention.

Les deux véhicules ont été dégagés de la chaussée autour de 11h30.

L'exploitant de l'autoroute APRR a indiqué à 10h35 sur Twitter que la voie de gauche était rouverte à la circulation dans le sens Lyon-Paris. Mais cela bouchonne beaucoup évidemment. La prudence est de mise
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or

mercredi 22 février 2017

Meurtre de la rue Charras à Narbonne: un drame à huis clos

Les circonstances du meurtre d’un Narbonnais d’une quarantaine d’années, à son domicile restent encore mystérieuses.
Au deuxième étage d’un petit immeuble de la rue Charras, à quelques centaines de mètres derrière le commissariat, les enquêteurs ont apposé les scellés sur la porte d’un petit studio. Au pied de la porte, deux fleurs déposées témoignent de la tristesse de proches. Ici, un drame dont on ignore encore les détails s’est noué. «Je crois que c’est l’ex-femme de Frédéric qui est venue déposer une fleur, elle pleurait…», confie un voisin qui préfère conserver l’anonymat. «C’est un passant qui a alerté la police à cause de l’odeur dans la rue», reprend ce Narbonnais. Si le corps de la victime n’a été découvert que vendredi dernier, il semblerait que la mort remonterait à plusieurs jours. «J’ai entendu dire que Frédéric aurait hébergé un Sdf avec son chien… et puis, que ça se serait mal passé mais je n’en sais pas plus…» poursuit le voisin qui n’en dira pas davantage.
Les enquêteurs (les hommes de l’antenne de la police judiciaire de Perpignan) sont, semble-t-il, rapidement parvenus à identifier l’auteur présumé de ce qui, pour l’heure, s’apparente à un meurtre. Mais pour quel motif?
  • Connu de la justice
Le mis en cause n’a pas été très loquace lors de sa garde-à-vue. La victime comme l’auteur présumé sont âgés d’une quarantaine d’années. Leurs différentes personnalités n’ont pas été évoquées par les enquêteurs. L’homme écroué est déjà connu de la justice pour avoir été condamné pour des délits routiers liés à l’abus d’alcool mais aussi pour des violences. L’alcool, un différend puis une rixe qui aurait mal tourné pourraient être à l’origine du drame.
http://www.lindependant.fr/2017/02/21/meurtre-de-la-rue-charras-a-narbonne-un-drame-a-huis-clos,2292399.php

mardi 21 février 2017

Arrestation de trois hommes soupçonnés de préparer un attentat en France

Les services antiterroristes ont arrêté les suspects à Clermont-Ferrand, à Marseille et en région parisienne.
Trois hommes soupçonnés de projeter un attentat ont été arrêtés ce mardi. "Les suspects avaient un projet et ils étaient suffisamment avancés pour que les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) décident de leur interpellation", ont expliqué les autorités.
Une opération de déminage a été menée à Clermont-Ferrand au domicile d’un des suspects âgé de 37 ans, dans le quartier de la Fontaine du Bac. Plusieurs perquisitions étaient en cours à la mi-journée. Les trois hommes ont été interpellés dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en janvier par la section antiterroriste du parquet de Paris.

Menace terroriste très élevée

La France, placée sous le régime d’état d’urgence depuis les attentats de djihadistes de novembre 2015, fait toujours face à une menace terroriste "très élevée". Le 3 février, un Egyptien de 29 ans avait attaqué, une machette dans chaque main, des militaires au carrousel du Louvre, en criant "Allah Akbar".

Une semaine après, les services antiterroristes avaient interpellé dans le sud du pays quatre personnes dont une adolescente, soupçonnées de vouloir commettre un attentat "imminent" en France. Du TATP, un explosif artisanal puissant prisé des djihadistes, avait été saisi par les enquêteurs.http://www.sudouest.fr/2017/02/21/trois-hommes-soupconnes-de-preparer-un-attentat-arretes-3216715-4697.php

Meurtre à Narbonne :une interpellation

Un individu a été interpellé ce week-end après la découverte d'un corps sans vie dans un appartement du centre-ville de Narbonne (Photo l'I. , Philippe Leblanc) . La victime, dont l'âge n'a pas été précisé, a été retrouvée rue Charras, non loin du commissariat de la ville. Selon les premières constatations, il était décédé depuis plusieurs jours.Grâce à un témoignage fourni par un proche de celui-ci, l'auteur présumé de cet homicide a été interpellé par la police, et placé en garde à vue. Il n'a pas reconnu les faits. Une autopsie a été ordonnée pour découvrir les causes exactes de la mort. Une information judiciaire a été ouverte. L'individu a été incarcéré par le juge des libertés et de la détention.
http://www.ladepeche.fr/communes/narbonne,11262.html

lundi 20 février 2017

Les gendarmes saisissent plus d’un kilo d’héroïne à Épernay

Depuis le début de l’année, des renseignements des gendarmes faisaient état de l’existence d’un trafic d’héroïne sur le secteur d’Épernay.
Rapidement, la section de recherches de Reims identifie un couple qui réalise plusieurs trajets mensuels à Maastricht pour s’approvisionner en stupéfiants et alimenter le trafic local.

L’imminence d’un nouvel aller-retour aux Pays-Bas étant détectée, un dispositif d’interpellation a été mis en place par la section de recherches. Le GIGN, la brigade de recherches et le Peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) de la compagnie de gendarmerie départementale d’Épernay ainsi que d’une équipe cynophile du PSIG de Reims ont ainsi participé à l’interpellation du couple, devant son domicile.
Les perquisitions permettent la découverte de 1,01 kg, d’héroïne1, 1 300€ en numéraire et du matériel de pesage. La marchandise vaudrait jusqu’à 40 000 € à la revente.
Placés en garde à vue, ils ont été présentés en comparution immédiate, ce lundi. Comme la loi les y autorise ils ont demandé un délai pour préparer leur défense. Ils seront jugés le 13 mars. Dans l’attente du renvoi, les mis en cause ont été placés en détention provisoire, à la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne.
http://www.lunion.fr/16904/article/2017-02-20/les-gendarmes-saisissent-plus-d-un-kilo-d-heroine-epernay

Arengosse (40) : le chauffeur de 46 ans a succombé à ses très graves blessures

Le Landais, impliqué dans le choc frontal intervenu dimanche, route de Luglon, avait été évacué vers l’hôpital de Mont-de-Marsan dans un état critique
L’information n’a été dévoilée qu’en toute fin de matinée mais c’est bien dès cette nuit que le Landais impliqué dans le choc frontal intervenu ce dimanche, vers 19 h 30, route de Luglon, à Arengose, a succombé à ses très graves blessures. L’homme désincarcéré de sa voiture, immobilisée sur le toit, était déjà dans un état critique lors de son évacuation par le Samu au centre hospitalier de Mont-de-Marsan
D’après les premiers éléments de l’enquête, le conducteur domicilié à Sabres et âgé de 46 ans aurait été vu zigzaguer quelques instants avant que sa voiture entre en collision avec une autre voiture. Celle-ci était conduite par une femme de 36 ans, qui se rendait au travail. Elle aussi a été transportée et admise aux urgences de l’hôpital Layné, mais pour des blessures plus légères.

Le premier accident mortel de 2017

Quelles que soient les conclusions de l’enquête en cours, placée sous la responsabilité de la compagnie de gendarmerie de Parentis-en-Born, ce drame restera comme le premier accident mortel de la route de cette année 2017 dans les Landes.
Après une période record, à peine croyable, de plus de 50 jours sans décès à déplorer. Et une année 2016 marquée par des chiffres très satisfaisants, conclue avec dix morts de moins que l’année précédente.

http://www.sudouest.fr/2017/02/20/arengosse-40-le-chauffeur-de-46-ans-a-succombe-a-ses-tres-graves-blessures-3213705-3274.php

dimanche 12 février 2017

Urgons (40) : un écarteur blessé lors d’un accident de chasse

ls étaient une trentaine à participer, en fin de semaine, à la dernière chasse en battue de l’année à Urgons. Romain Beyries, écarteur de 18 ans, y participait en tant que membre de l’ACCA (Association communale et Intercommunale de chasse agréée) d’Urgons et habitué de ce type d’événement, confirme de le président de l’ACCA, Michel Poublan. 
Un accident s’est produit en toute fin de battue. Un plomb aurait ricoché sur un chevreuil et blessé au visage l’écarteur de la ganaderia l’Armagnacaise, qu’il a rejoint après avoir fait ses preuves à la ganaderia De Maynus. 
Conduit chez le médecin par son père, il aurait été emmené au CHU de Bordeaux pour une blessure sérieuse à l’oeil. L’information n’a pas été confirmée, pour l’heure, côté chasseurs. 
http://www.sudouest.fr/2017/02/12/urgons-40-un-ecarteur-blesse-lors-d-un-accident-de-chasse-3190391-3574.php

mercredi 8 février 2017

Val-d'Oise: l'explosion d'une usine fait 16 blessés

Seize personnes ont été blessées ce matin, dont une sérieusement, lors d'une explosion survenue à Gonesse (Val-d'Oise) dans une usine de traitement de déchets électroniques, a-t-on appris auprès des pompiers.
Peu avant 8 heures, une explosion a eu lieu au niveau du broyeur de l'usine. L'incendie, qui n'a pas endommagé le bâtiment, a été éteint grâce aux extincteurs présents sur place, ont expliqué les pompiers.
Quarante-trois personnes ont dû être évacuées. Parmi elles, figuraient 15 blessés en urgence relative et un en "urgence absolue", souffrant notamment d'un grave traumatisme auditif.
Ces blessés ont été transportés vers les hôpitaux de Gonesse, Eaubonne et Aulnay-sous-Bois
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

mardi 7 février 2017

Lanouaille (24) : une fillette de 3 ans renversée dans le bourg

L’accident s’est produit ce lundi vers 15 h 40. L’hélicoptère du Samu est sur les lieux pour le transfert de l’enfant vers un établissement de soins
Une fillette âgée de 3 ans a été percutée ce lundi, vers 15 h 40, par un automobiliste. L’accident s’est produit dans le bourg de Lanouaille, sur la départementale 704.
L’enfant, grièvement blessée, est prise en charge par les pompiers et le Samu.
L’hélicoptère du Samu s’est posé sur le stade de la commune, en vue du transfert de la fillette et de sa maman, choquée, vers un centre hospitalier.
http://www.sudouest.fr/2017/02/06/lanouaille-24-une-fillette-de-3-ans-renversee-dans-le-bourg-3173216-1980.php

dimanche 5 février 2017

Les Soissonnais peuvent de nouveau entrer dans la cathédrale

hebergement d'image
Suite aux dégâts de la tempête Egon, la Cathédrale de Soissons était fermée au public. Il s’agissait de mesure de sécurité puisque la rosace a volé en éclat. Ses débris ont écrasé le grand orgue.
Ce samedi 4 février, l’édifice a été rouvert aux touristes, aux visteurs, aux croyant. La partie située derrière le grand portail central et sous l’orgue reste par contre toujours interdite d’accès. À la fin de la messe ce dimanche matin, célébrée par Don Augustin Azaïs, les fidèles étaient heureux de pouvoir s’arrêter un moment à l’abri des hauts murs en pierre pour échanger un court moment.

La cathédrale est ouverte tous les jours de 9 à 12 heures et de 14 h 30 à 16 h 30. La messe a lieu jusqu’au dimanche des Rameaux (9 avril) dans la chapelle canoniale. Les obsèques, qui étaient suspendues, peuvent à nouveau, avoir lieu sur place
http://www.lunion.fr/14663/article/2017-02-05/les-soissonnais-peuvent-de-nouveau-entrer-dans-la-cathedrale